Bourrage Papier à Bastia !

🤝Allier spectacle et prévention, tel est le pari réussi de Bourrage Papier

Nous vivons le kiff de jouer notre pièce de théâtre depuis 18 mois maintenant au sein d’organisations qui veulent aborder les questions de la QVT et de la prévention santé-travail avec originalité et impact.

Dernière date de l’année, ce 13 décembre, sur l’île de beauté, pour l’ IRA de Bastia, auprès d’un public attentif et particulièrement intéressé par la façon dont le bien-être au travail doit être traité dans l’exercice de leurs fonctions, au sein de collectivités territoriales.
Après les 60 minutes de représentation, un temps de théâtre-débat a permis de partager les ressentis des participant.es, de revenir sur des notions-clés traduites par les personnages, et de confronter les points de vue sur les rôles et responsabilité en matière de QVT.

Un grand merci aux organisateurs, HENRI FLACH et Gerard Clerissi qui ont osé le format théâtral pour ouvrir leur journée événementielle.

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

Le co-développement, un outil fabuleux – Avec Coorace

✨Le co-développement, un outil fabuleux Nous avons le plaisir d’animer tout au long de l’année des groupes de codev. 

Chaque membre profite d’un espace bienveillant entre pairs afin de prendre de la hauteur sur sa posture et ses pratiques. Une occasion unique de prendre soin de sa propre qualité de vie au travail tout en développant ses capacités à prendre soin de celle de son équipe. 

Voici un extrait des retours d’expérience du groupe de dirigeant.es engagés dans le processus. Une intervention réalisée pour le compte de Coorace avec lequel nous nourrissons des liens étroits depuis de nombreuses années maintenant, et qui nous permet d’oeuvrer dans la merveilleuse famille de l’IAE qui a besoin de prendre soin des humains qui y travaillent, comme ailleurs ! 

> En savoir + sur le Codev par Wunjo pour les leaders en quête de réflexion sur leurs postures & pratiques managériales 

> Si vous êtes une structure de l’insertion, contactez Coorace Formation et embarquez dans la nouvelle promotion qui est en train de se constituer 

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

Retour sur la table ronde « bien-être au travail » du 16 juin, lors du Festival MadeIn31

La 4ème édition du Festival MADEIN31 était organisée du 16 au 18 juin par la CPME Haute-Garonne et la JCE TOULOUSE dans le merveilleux lieux qu’est La Cité.

Il avait pour but
·      de faire découvrir le monde de l’entrepreneuriat au Grand Public,
·      et de valoriser des entrepreneurs remarquables.

Parmi les pépites régionales traitant des sujets sociétaux d’actualité, une table-ronde animée de main de maître par Yann FERNANDEZ dédiée au BIEN-ETRE AU TRAVAIL. WUNJO a participé aux côtés de nos confrères.soeurs Anne-Sophie MARGAILPascal Grémiaux et Jérémy Bos à un échange décontracté, balayant du conseil RH à l’accompagnement prévention santé-travail en passant par le soin de l’écologie personnelle.

Nous avons pu partager nos visions très proches du sujet, évoquer les enjeux individuels et collectifs et présenter nos façons singulières d’y répondre.

Pour WUNJO, une prise de parole engagée (comme d’hab…) sur la nécessaire conciliation des visions top-down et bottom-up des stratégies QVT, sans laquelle les plans d’actions ne sauraient être efficaces. Rappelons-le encore et encore : prendre soin des Travailleurs.ses suppose de les connaître et les comprendre, et personne n’est mieux placé qu’eux pour exprimer leurs besoins.

Au 1er semestre 2022, nous avons déjà eu de nombreuses occasions de mener à bien notre mission d’éducation populaire. Nous poursuivrons avec la même fougue sur le 2nd !

> N’hésitez pas à solliciter une intervention de notre dirigeante, Emmanuelle Bessez lors de vos événements

> Découvrez nos conférences interactives
sur la QVT

sur la bienveillance au travail

sur le bien-être des dirigeants 

notre pièce de théâtre sur le burn-out

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

Prendre soin du bien-être des dirigeants

Aujourd’hui, nous animions un webinaire pour INAÉ Nouvelle-Aquitaine avec Candice Valéry auprès de dirigeants de structures de l’Insertion par l’Activité Economique de Nouvelle Aquitaine, pour traiter de ce sujet sensible qu’est le bien-être des dirigeants.

Rares sont les réseaux qui osent en parler. Pour cause, la prevention, sante au travail et la QVT ont eu tendance à porter leur regard sur les salarié.es, les collectifs et non sur leur leader, ou encore sur les conditions d’ordre organisationnelles ou matérielles plus que sur le facteur psychosocial.

L’époque actuelle semble être celle de la prise de conscience de l’enjeu du sujet : les langues se délient, les dirigeants demandent d’être considérés comme des Humains à part entière, des Travailleurs.ses comme les autres. L’on commence à entrevoir qu’ils ne sont ni Dieux, ni superheros, et qu’ils ont eux aussi besoin de se préserver, d’être protégés et bénéficiaires de l’attention des parties prenantes internes.

Les études se succèdent, illustrant le lien étroit entre le bien-être du dirigeant et sa performance personnelle, mais aussi le bien-être et la performance du collectif qu’il anime.

Voilà 2 belles heures passées à parler vrai, à se mettre au centre de sa vie, à identifier les zones de pouvoir personnel, à introspecter les déterminants individuels de sa QVT… Des moments comme on les aime chez Wunjo, plein de bienveillance et de responsabilisation.

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

Le bien-être du dirigeant : est-ce un sujet ?

On parle du Bien-être au Travail, on en parle de plus en plus. Le sujet de cette attention est, d’un point de vue théorique, les « travailleurs.ses ». Dans la réalité des faits, ce sont les salariés qui sont adressés. On n’y parle très peu du dirigeant, on n’en parle même…. Jamais.

Pourquoi le Bien-être du Dirigeant n’est-il pas un sujet ?

 Le statut peut contribuer à expliquer « rationnellement » les choses. 80% des Dirigeants sont « TNS » (Travailleurs Non Salariés), gérants d’entreprises souvent patronymiques.

Pour ceux-ci, jusqu’à ce que les réformes santé – travail ne les considèrent (l’an dernier), pas de suivi médical par les Services de Santé au Travail, pas de prévention à leur égard si ce n’est profiter des messages adressés aux équipes salariées.

Il n’y a pas de cadre juridique, d’obligation réglementaire de surveillance, de prévention, d’accompagnement pour les dirigeants non-salariés. Au mieux, leurs assureurs ont bien fait leur métier, les couvrant par des contrats IJ (Indemnités Journalières), Homme-Clé… On notera que certains rares experts comptables (vus souvent comme les « médecins de famille » du dirigeant) sont sensibles au sujet, et prennent la parole pour alerter leur interlocuteur-client sur son état.

Alors qui peut traiter le sujet,
si ce ne sont pas les organes officiels de prévention et la loi ?

Les syndicats et réseaux patronaux ont un cœur de métier axé sur le lobbying, le business, l’information bien fréquemment d’ordre réglementaire, et sont des organes de lien social et d’entraide pour les dirigeants bien souvent isolés. La question de leur santé est rarement abordée, parce qu’elle n’est pas un passage obligé… et soyons honnête, parce qu’elle n’est pas évidente à aborder, parce qu’elle touche l’intime.

Culturellement, il y a un vrai « hic ». Liée à l’image du patron. Ce héros, demi-dieu, qui est tout sauf la « victime » à considérer et protéger. Il est fort, il est entrepreneur, il fonce, il n’a pas droit à l’erreur. Voire pire, c’est un « bourreau », un méchant, un égoïste… qui a les moyens de prendre soin de lui.

Dans la réalité, le taux de suicide pour mal-être au travail est plus important chez les dirigeants que chez les salariés, mais cela se sait peu. L’agriculture fait exception, on en parle davantage, mais le paysan éveille une affection plus naturelle chez les français qu’un patron de boîte d’informatique ou la nana qui tient une boutique dans une zone commerciale. Alors des services se montent depuis quelques années, pour « quand c’est quasi trop tard », en mode curatif et secours (comme Apesa lié aux Tribunaux de Commerce). C’est bon, c’est bien, ça grandit… mais encore une fois on est sur une vision pathogène de la santé au travail des patrons, et pas dans la prévention – l’éducation, la sensibilisation… l’avant, quoi.

Et puis, « si c’était un sujet, ça se saurait » : il n’y a pas ou peu d’études pour donner de l’importance à la question du bien-être du dirigeant. Les mutuelles commencent à s’y mettre (Harmonie en 1er), on évoquera l’observatoire Amarok initié par Olivier Torres qui est très actif et médiatise autant que possible, et quelques réseaux de dirigeants (en 1ère ligne, le mouvement des patrons humanistes, le CJD) et syndicats (Medef) commencent à s’y mettre. Des centres d’étude (Cairn Info), à la marge. Et puis des fer de lance, comme Philippe Rodet, ou certains médecins du travail qui ont ouvert les yeux sur le sujet et décentré leur attention de la seule considération pour la cause salariale. J’oserais même aller jusqu’à dire que certains syndicats salariés commencent à considérer la systémie de la situation, et établir un lien entre la santé de leur boss et de leur cible initiale, leurs adhérents.

Dans les réponses glanées à la question initiale : « Pourquoi le Bien-être du Dirigeant n’est-il pas un sujet ? », on entend aussi que le profil-même du dirigeant est une explication.

–       Majoritairement masculin, ce métier, des hommes avec moins de « yin » c’est-à-dire moins tourné vers leur monde intérieur, moins expressif sur leurs émotions…

–       Beaucoup de techniciens parmi les dirigeants, à qui l’on n’a pas appris lors de leurs écoles technologiques / d’ingénieur les éléments majeurs de la psychologie humaine, qui n’ont pas dans leurs plans de formation de modules de développement personnel… (c’est presque drôle à écrire, tellement cela semble irréaliste de l’imaginer).

–       Alors que tout l’entourage déverse sa projection de personne « forte », le dirigeant s’applique cette obligation morale, comme s’il s’auto-imposait d’être fort, d’être un modèle… Et lorsque certains ont une valeur « exemplarité » puissante, le besoin interne de tenir le coup est encore plus actif. Alors, hors de question d’oser dire “ça va pas”…

 Et puis tout ça, c’est aussi un peu de la faute des dirigeants ! Eux qui sont bien souvent seuls, taciturnes sur leurs ressentis et inquiétudes, pas habitués à demander de l’aide, à faire savoir leur vulnérabilité. Oui, s’ils la ramenaient davantage, le sujet se saurait davantage.

 Alors, … au Dirigeant d’être responsable de lui-même ! Comme tout travailleur. Et à lui d’implanter le sujet dans le paysage.

 

Pourquoi c’est non négociable d’avoir un patron en bonne santé ?

On ne pose pas cette question, c’est fou. Soit le dirigeant se débrouille avec sa santé, soit on constate qu’il l’a perdue. Pourtant, la santé du dirigeant est un sujet majeur, j’ose : stratégique.

Portons d’abord un regard humaniste :
sur la personne physique
qu’est ce chef d’entreprise.

N’a-t-il pas droit à une considération humaine tout simplement ? Celle du respect de sa vie.

N’est-il pas un travailleur lui aussi au sein de son entreprise ? Contribuant à l’atteinte des objectifs collectifs et à la réalisation de la mission de l’entreprise ? Dont la valeur ajoutée est donc dans l’équation de la masse productive….

Et enfin, le travail doit-il être un lieu de souffrance pour lui ? N’a-t-il pas droit à un équilibre entre l’énergie accordée aux efforts et le plaisir qu’il en retire ? Etre patron le condamne t’il à laisser sa santé ?

Et puis portons un regard plus intéressé : sur la personne morale qu’est l’Entreprise.

Le peu d’études réalisé a démontré que la santé de l’entreprise était directement liée à la santé de son dirigeant. Un patron qui déprime, la boîte plonge. Un patron en colère, la boîte vit des crises. Un patron absent, et l’entreprise boîte (pardon pour l’humour douteux). Car l’état du patron génère un impact opérationnel et économique évidemment, sur les performances de sa boutique.

Et n’oublions pas que l’entreprise est un regroupement d’Hommes. Que l’état de son chef a un impact social, sur le bien-être de l’équipe, de l’équipe rapprochée en 1er lieu, mais de l’ensemble du personnel infine. Un patron qui n’a plus d’énergie et qui n’y croit plus aura de franches difficultés à maintenir la motivation des troupes.

 

Alors on fait quoi ?

1.    On sensibilise les dirigeants : on les éveille, on les cultive, on leur dit et répète qu’ils sont un sujet pour la société et pour eux-mêmes.

–       On leur suggère une démarche personnelle à base de lectures, de formations, d’échanges. On les invite à des conférences, des congrès, des séminaires où on parle de ce sujet tabou.

–       Et puis on utilise l’obligation légale en matière de prévention santé-travail, ou les encourage à s’inscrire dans la démarche de leur entreprise en matière de QVT – comme nous pouvons le faire chez Wunjo.

2.    On les invite à s’interroger, à procéder à des évaluations pour mettre de la hauteur, de distance sur leur situation. A mettre de l’objectivité dans la subjectivité.

–       Certains auto-tests sont proposés depuis peu. Beaucoup orientés « moral » (comme celui très récent de la fondation Entreprendre) ou « détection du burn-out » (valables quelque soit le statut, avec en référence la militante Marie Pezé)

–       Le corps médical stricto-sensu qui reçoit et accompagne des êtres humains dans leur sphère professionnelle est aussi là pour ouvrir le champ de la considération de la santé, abordant le vécu du travail, reroutant de plus en plus vers les professionnels du champ psychosocial (coach et psychologues).

Nous, intervenants en santé-travail, rêvons que chaque dirigeant se fixe – ne serait-ce que – 3 ou 4 indicateurs de son état de santé, et les surveille régulièrement, façon ‘hygiène vitale’. Et s’ouvre à écouter son entourage, tant personnel que professionnel, faisant preuve de bienveillance à l’égard de son proche, au statut de dirigeant.

3.    Enfin, on les invite à agir. A s’imposer une hygiène de vie, autour de l’équilibre nécessaire à leur survie et à leur qualité de vie. A se former, autant que nécessaire, pour combler le gap de culture et de sensibilisation au sujet. Et à se faire accompagner, autant que possible, pour élargir leur vision des choses et les possibilités d’activation de leviers.

L’ère COVID a épaissi le trait de la question du bien-être. En général. Donc aussi en particulier pour nous autres, dirigeants. Ensemble, faisons en sorte que ce sujet soit considéré comme une question de société.

Merci à COBATY Tarn-et-Garonne et à son Président, Fabrice Vales, d’avoir posé le sujet et créé l’espace de la discussion avec ses adhérents. Et d’avoir ainsi créé l’impulsion d’écrire cet article, militant je le concède, engagé et exposant ma vision personnelle du sujet. 

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.