Retour sur la table-ronde : Softskills, l’intérêt des recruteurs pour la pensée critique 

Si le terme est aussi ambigu, complexe, passionnant que péjorativement connoté dans le langage courant, sa signification prend aujourd’hui un nouveau tournant. Et la table-ronde organisée par REC tend à y contribuer – à laquelle notre fondatrice Emmanuelle Bessez a eu le plaisir de contribuer, aux côtés de Bérengère MoussardAlice MICHEL et sous l’animation de Lynda Longeau.

La pensée critique est une compétence comportementale, qui appelle des capacités connexes telles que l’écoute et l’expression assertive, et repose sur un état d’esprit d’ouverture, de respect où l’ego est à sa place.

Chez Wunjo, chacune de nos interventions cultive l’esprit critique. 

➡ au travers de nos “causeries QVT”, nous encourageons la libre expression, encourageant chaque Travailleur.se à être autant que possible lui.elle-même.

➡ entre pairs, grâce au co-développement et son cocon bienveillant, nous permettons aux managers & dirigeants de s’introspecter et de mieux prendre leur juste part de responsabilité dans la vie au travail.

Cette table ronde vous fait-elle réagir ? 
Chez vous, la pensée critique est-elle encouragée ?

 

 

Nous partageons et remercions Carole Méziat pour sa synthèse et sa réflexion sur la question de la pensée critique. “Le progrès naît de la diversité, la diversité fleurit de l’ouverture.”

> Retrouvez son article ici

⚡Est-ce que vous vous êtes déjà demandé si la pensée critique, la possibilité de challenger les choses en place, de proposer de nouvelles manières de faire, était vraiment encouragée dans votre équipe ?

⚡Est-ce que vous vous êtes déjà demandé si vous, votre posture, favorisait vraiment l’expression de l’esprit critique de vos équipes, de vos collègues, voire de votre hiérarchie ?

Des questions qui sont abordées sans filtre et avec finesse dans cette table ronde des Rencontres de l’Esprit Critique de Toulouse.

L’esprit critique, la capacité à remettre en question et à se remettre en question est primordial pour moi.
Et ce n’est pas toujours évident en entreprise où remettre en question peut être vu comme une marque de non collaborateur ou une attitude négative.

Si vous avez à cœur d’encourager l’esprit critique dans votre entreprise, voici ce que je retiens de cette table ronde :

✅La pensée critique, et surtout ses implications, doivent être VRAIMENT SOUHAITÉES par l’entreprise.
C’est d’une extrême richesse. Mais si on n’en est pas convaincu, ça peut être d’une extrême violence. Car on va prendre les remises en question comme des attaques personnelles. Si on pense au fond de nous que la pensée unique est la bonne voie, qu’on doit faire un effort de se conformer, il n’y a aucune chance que ça marche.

✅Ça ne se fait pas tout seul, la démarche doit être proactive et le management exemplaire. C’est-à-dire faisant lui-même preuve d’esprit critique pour montrer la ligne de conduite.
Et côté collaborateur ça passe par comprendre qu’une idée “entendue” ne veut pas dire une idée “retenue”. 


✅Une vraie sécurité psychologique doit être instaurée pour que les collaborateurs se sentent libres d’exprimer leurs idées.
Et là non plus ça ne se fait pas tout seul : ça passe par cultiver l’humilité, le droit à l’erreur, et une ouverture sincère à la différence.
Ça passe par offrir des espaces de parole, aller au contact des collabs, leur demander leur avis sur les décisions qui les concernent.
Et cette sécurité psychologique est nécessaire à TOUS LES NIVEAUX de l’entreprise. Car on oublie souvent les dirigeants dont la sécurité psychologique est loin d’être acquise.

La table ronde ouvre sur un sujet que je trouve aussi très important : l’importance de l’éducation en la matière.
Exercer sa pensée critique ne peut se faire naturellement en entreprise QUE si on a été encouragé à questionner, poser des questions, remettre en cause pendant l’éducation.

👉 Vous avez des tips pour favoriser l’expression de la pensée critique en entreprise ?”

 
 

> Découvrir la table ronde REC

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

We are RH

Comment convaincre un dirigeant de lancer une démarche QV(C)T ? Une question aux airs de quadrature du cercle pour nombre de RH et de convaincus…

Regard dans le rétroviseur > C’était le 1er jour de la semaine de la QVT 2022, nous étions entre RRH et consultants RH, et nous avons mis les pieds dans le plat.

We are RH nous a confié l’animation d’un atelier participatif permettant de capitaliser sur les arguments et bonnes pratiques permettant de faire basculer nos chefs.fes du côté lumineux de la force 🙂

Vous verrez dans le billet repartagé les 3 idées – clés retenues, auxquelles nous souhaiterions rajouter quelques conseils :

Conseil n°1 > Maîtrisez votre discours sur “ce qu’est la QVT” avant de demander l’attention à votre DG, et de potentiellement vous emmêler les pieds dans le tapis !

Conseil n°2 > Présentez vos arguments en réponse à la sensibilité de votre interlocuteur. Pour convaincre quelqu’un de l’intérêt de faire quelque chose, il faut aller le chercher sur « ce qui lui parle ».

Conseil n°3 > Equilibrez votre discours entre les injonctions et les menaces et les opportunités et leviers émotionnels… Avez-vous envie qu’une démarche QVT soit mise en place simplement en réponse aux obligations réglementaires ?

Conseil n°4 > Soyez concrets, votre joli discours passionné et humaniste a besoin de reposer sur des faits et propositions opérationnelles. Donnez des exemples de bonnes pratiques, suggérez des leviers de type quickwin.

Conseil n°5 > Mieux vaut 1 action QVT qu’une promesse de démarche qui restera évanescente. Et quand WUNJO parle d’action, on oublie les extracteurs de jus et la séance découverte d’étirements de 12 min à la pause déjeuner… nous pensons avant tout aux espaces de discussion (les « causeries QVT », chez nous, qui permettent d’ouvrir l’échange sur des thématiques transversales de vécu au travail.

Partager avec des acteurs du terrain est toujours très riche, merci à chaque participant.e de s’être prêté au jeu des joutes & débats et partages de bonnes pratiques ! Et à la team d’organisation Pauline Christ (Mouty)Pauline LecygneEléonore CLAVERIEAkram Bougrine

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

Développer le capital humain

Nous avons eu plusieurs conversations ces derniers jours sur le sujet de la formation, suite à notre audit Qualiopi qui va nous hisser dans la famille des Organismes de Formation “reconnus”.

A chaque fois, la même demande : “Quelles formations proposez-vous ?” Et la même réaction, lorsque nous démarrons par parler de nos offres pour les collaborateurs.trices. Car il y a un sous-entendu dans la question initiale “Quelles formations proposez-vous … pour nos DIRIGEANTS ET MANAGERS ?”

La formation professionnelle continue a longtemps été réservée aux cols blancs. Comme si la compétence ne devait être développée que chez ceux qui décident et encadrent. Les “autres”, on les fait former sur les savoir-faire, on leur fait suivre des formations – métier avec un goût d’obligation et d’exigence d’opérationalité. Avec rarement une vision prévisionnelle des besoins, et encore plus rarement l’écoute des envies.

L’ère Covid a sans doute ça de bon (il faut bien qu’elle en ait un peu, à vrai dire) : les choses changent.

L’accélération des politiques santé-sécurité travail, les prises de conscience de l’enjeu du capital humain, la découverte de ce qu’apporte véritablement la QVT, la promotion des compétences comportementales… prônent pour un élargissement des actions de formation à l’ensemble du personnel.

Chez Wunjo, depuis le début, nous considérons les Travailleurs.ses dans leur ensemble. Chacun.e et tous.tes ont envie et besoin de se retrouver autour de sujets fédérateurs et sensibles. Les émotions sont dans l’entreprise, cela devient un fait.

Et lorsqu’un dirigeant ou un RH ouvre les vannes de la formation à l’ensemble du personnel, c’est gagnant. Pour le sentiment de reconnaissance, car il est valorisant de se voir proposée une “pause” de prise de hauteur et d’introspection. Pour l’engagement ainsi, et pour la performance individuelle… donc collective.

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

Etre Ambassadeur de sa structure, kesako ?

Nous entendons la tendance grandissante de mettre en place des programmes Ambassadeurs afin que les collaborateurs.trices portent eux-même l’image de l’Entreprise qui les emploie.

Une pratique accélérée par le bon sens qui veut que personne ne peut mieux parler de son employeur que les travailleurs.ses eux-mêmes… mais aussi par les logiques websociales qui veulent que la visibilité sur les réseaux soit le bénéfice d’un rayonnement partagé… y contribuent également les pratiques de management participatif et de co-réalisation des plans d’actions, ou encore les encouragements des RH à contribuer à la marque-employeur…

Chez Coorace Occitanie, délégation régionale de la fédération nationale des acteurs de l’insertion par l’activité économique, figure ancestrale de l’ESS, l’ambition d’une visibilité accrue est donnée.
Car le projet politique est ambitieux et mérite d’être porté haut et fort et que le plaidoyer est un outil stratégique pour façonner la vision des plus hautes autorité en matière d’inclusion.
Car l’association a besoin de gagner en notoriété et de profiter au plus grand nombre.
Car chacune de ses parties prenantes aime voir sa fierté d’appartenance nourrie.

Nous avons eu le plaisir d’accompagner la démarche de réflexion sur le rôle de l’Administrateur en tant qu’Ambassadeur, et de co-construction du programme d’actions opérationnelles. Un temps de partage de qualité, d’une grande richesse, qui reconnecte encore et encore avec le sens derrière l’engagement, et contribue à gonfler la motivation à s’investir. Qui rappelle, s’il le fallait, que l’expérience positive que l’on fait de son travail donne envie de le faire savoir tant en interne qu’en externe.

Et chez vous, y a t’il des ambassadeurs naturels ? Avez-vous ressenti le besoin de structurer la démarche ?

> Envie de réagir à cet article ? Contribuez sur notre post sur Linkedin.

WUNJO a crée « InPulse », une offre de formations et de conférences systématiquement adaptées au contexte et aux objectifs spécifiques de nos clients, pour des profils ciblés ou mixtes, permettant
> de muscler la posture, le discours et les compétences comportementales des Leaders,
> et d’accompagner le portage le plus efficient de la culture & de la démarche QVT au sein de l’Entreprise.